pierre

Pierre Aucouturier

pubmedlogo

Contacts

Chef d'équipe : Pierre AUCOUTURIER

Contact administratif : Maryse NANA

Hôpital Saint-Antoine – Bâtiment Kourilsky –2ème étage
34 rue Crozatier – 75571 PARIS cedex 12 

Membres de l'équipe

Professeur, Maîtres de conférences, Chercheurs, Cliniciens

Pierre AUCOUTURIER

PU-PH (Chef d'équipe) HDR

Guillaume DOROTHÉE

CR1 Inserm  

Catherine JOHANET

MCU-PH  

Carole ELBIM

PU HDR

Ingénieurs et techniciens

Thomas CHAIGNEAU

Technicien  

Marine CHAPEY

Assistante Ingénieure  

Doctorant(e)s et Master

Yannick CHANTRAN

Doctorant  

Yuan DONG

Doctorant  

Kim PACCHIARDI

M2  

David WEISENBURGER

M2  

equipepierre

Activités de Recherche

L’équipe « Système immunitaire, neuroinflammation et maladies neurodégénératives » s’intéresse à l’implication des réponses immunitaires innées et adaptatives dans les pathologies neurodégénératives et les troubles associés. Après s’être longtemps focalisée sur l’étude des maladies à prions, l’équipe a plus récemment élargi son champ de recherche à la maladie d’Alzheimer(MA) et aux pathologies apparentées.

Un premier axe de recherche, sous la direction de Guillaume Dorothée, consiste à étudier l’implication et le potentiel thérapeutique des lymphocytes T dans la MA. Cet axe thématique est développé selon une approche translationelle, en s’appuyant conjointement sur des études pré-cliniques dans des modèles expérimentaux murins, et des études cliniques longitudinales. Nos travaux chez l’animal ont démontré l’importante variabilité des réponses immunitaires T CD4+ spécifiques du peptide amyloïde Ab, un des éléments pathogènes responsables de la MA, soulignant l’importance de facteurs génétiques vraisemblablement trop ignorés lors des premiers essais vaccinaux chez l’homme (Toly-Ndour et, J Immunol, 2011). Un rôle critique est en particulier joué par des cellules T régulatrices (Treg) dans le contrôle des réponses T CD4+. Plus récemment, nos études dans un modèle murin de pathologie amyloïde ont montré un rôle bénéfique des cellules Treg dans la physiopathologie de la maladie, et mis en évidence l’efficacité thérapeutique potentielle d’une stratégie innovante d’immunomodulation ciblant les cellules Treg (Dansokho et al, Brain, 2016). Nos travaux actuels visent à approfondir l’étude des bases mécanistiques de cet effet des Treg. Le rôle des cellules T dans le contexte de la pathologie Tau est aussi étudié en parallèle, dans un modèle transgénique murin de tauopathie, en collaboration avec D. Blum et L. Buée (Inserm Lille). Comme futur outils d’étude des réponses lymphocytaires T dans la MA, nous construisons également une souris transgénique pour un récepteur de cellules T (TCR) spécifique du peptide Ab, comme précédemment développé au sein de l’équipe pour la protéine prion.

Par ailleurs, une étude clinique longitudinale (cohorte IMABIO3) incluant plusieurs types d’analyses par neuroimagerie TEP, menée en collaboration avec Marie Sarazin (Hôpital Sainte-Anne) et en partenariat avec Roche, a pour objectif d’évaluer la valeur diagnostique et/ou pronostique, dans la MA débutante, d’une série de biomarqueurs immunitaires périphériques.

Un deuxième axe de recherche, sous la direction de Pierre Aucouturier avec un jeune doctorant, Yannick Chantran, porte sur le développement de méthodes innovantes d’analyse par ELISA indirect des anticorps anti-Ab sériques, permettant de quantifier divers isotypes et diverses familles de spécificité. Une première étude (cohorte BIOMAGE) a permis de montrer des différences des taux de certaines sous-classes de ces anticorps chez les patients atteints d’une forme atypique de MA, l’atrophie corticale postérieure (Dorothée et al, Arch Neurol, 2012).

Actuellement nous étudions plus particulièrement les particularités de ces anticorps dans les formes inflammatoires et hémorragiques d’angiopathie amyloïde cérébrale, en comparaison avec des cas de MA.

L’équipe s’est plus récemment enrichie d’un nouvel axe de recherche, sous la direction de Carole Elbim qui a rejoint l’équipe en septembre 2014, portant sur l’implication du système immunitaire inné périphérique dans la maladie d’Alzheimer. Les études menées par Carole Elbim et un jeune doctorant s’appliquent à analyser l’implication des polynucléaires neutrophiles dans la MA et des pathologies apparentées, d’une part à l’aide de modèles murins et d’autre part dans la cohorte clinique IMABIO3. De façon originale, ces études sont réalisées dans des conditions de sang total afin d’éviter tout artéfact de stimulation lié à l’isolement des neutrophiles, une approche préalablement validée par ce groupe de recherche (Robinet et al, J Immunol, 2014 ; Campillo-Gimenez et al, JACI, 2014).

L’équipe comprend également un technicien UPMC, Thomas Chaigneau, qui participe à l’ensemble des axes thématiques, une assistante ingénieure sur contrat (étude IMABIO3), et deux étudiants en thèse. Une MCU-PH du Département d’Immunologie Biologique de l’hôpital St-Antoine, Catherine Johanet, a rejoint l’équipe fin 2013 dans le but de développer les études de biomarqueurs au niveau hospitalier.

 pubmedlogo

kourilsky.jpg

Centre De Rercherche (CdR) Saint-Antoine
INSERM - UMR S 938

Hôpital St-Antoine

Contact
Tél : +(33) 1 49 28 46 87

Activer le Plan

Centre De Recherche Saint-Antoine

Le CRSA, UMRS_938 a été renouvelé par l'Inserm et l'UPMC pour 5 ans (Janvier 2014-Décembre 2018).

Dernières publications

Présentation du centre

Le CRSA regroupe un très fort potentiel pour la recherche biomédicale à la fois fondamentale et translationnelle. Les travaux de recherche sont réalisés en collaboration avec les services cliniques et biologiques des hôpitaux Saint-Antoine-Tenon-Armand Trousseau appartenant au même groupe hospitalier. Le CRSA est composé de 14 équipes de recherche labelisées par l'Inserm et l'UPMC et une équipe administrative, localisées principalement sur le site de l'hôpital Saint-Antoine et de l'hôpital Armand Trousseau.

Activités scientifiques

Le CRSA a deux thématiques scientifiques étroitement liées : la recherche en cancérologie et hématologie; et la recherche sur le métabolisme et l'inflammation. Ces thématiques sont étudiées au niveau fondamental, physiopathologique, préclinique et clinique.

Équipements collectifs et plateformes techniques

Le CRSA dispose de plateformes techniques (Plateformes d'hébergement et d'expérimentation animale, laboratoires L2, L3 ) mais a également accès sur le site au réseau des plateformes UPMC telles que la spectrométrie de masse, lipidomique et protéomique, l'imagerie et la cytométrie en flux.