Nous savons depuis peu que le microbiote influence considérablement le système immunitaire et notamment les cellules T régulatrices dont nous avons contribué à définir le phénotype et les déterminants de migration tissulaire1. Ce rapport étroit entre microbe et immunité pourrait aussi constituer, s’il est dérégulé, un facteur de risque pour le développement des maladies autoimmunes comme la Sclérose En Plaques (SEP). Nous avons comparé par une approche dite « métagénomique » la composition microbienne de sujets sains et de patients présentant les premières manifestations cliniques de SEP. A l’aide d’une nouvelle approche2, nous avons également cherché à savoir si la réponse immunitaire dirigée contre le microbiome autologue y était anormale. Nous observons que les anti-microbiotes ne sont pas confinés au tube digestif, mais sont également retrouvés dans le sang et le LCR, aussi bien chez les sujets contrôles que chez les patients. Toutefois, nous montrons que l’interaction entre système immunitaire adaptatif et microbiote est perturbée chez les patients. Pour terminer, nous avons posé la question de l’absence de système immunitaire adaptatif sur le microbiote humain.

Guy Gorochov, médecin hématologiste de formation, a travaillé à l’Institut Weizmann (Il) sur la première génération de lymphocytes T redirigés par des récepteurs chimériques (CARs), puis au LMB MRC de Cambridge (UK) sur le génie génétique des anticorps, est maintenant co-directeur du centre de recherche CIMI (UPMC/Inserm U1135), Pitié-Salpêtrière, Paris. 

1. Sialyl Lewis x (CD15s) identifies highly differentiated and most suppressive FOXP3high regulatory T cells in humans. M Miyara*, D Chader, H Nishikawa, E Sage, D Bouvry, L.Claër, R Hingorani, R Balderas, J  Rohrer, N  Warner, A  Chapelier, D Valeyre, L Musset, R Kannagi, S Sakaguchi, Z Amoura, G Gorochov. PNAS, 2015, 112(23):7225-30

2. Analysis of bacterial surface-specific antibodies in body fluids using bacterial flow cytometry, Moor K, Fadlallah J, Toska A, Sterlin D, Balmer ML, Macpherson AJ, Gorochov G, Larsen M, Slack E. Nature Protocols, 2016, 11(8):1531-53.

Invité par Pierre Aucouturier

stantoine.jpg

Centre De Rercherche (CdR) Saint-Antoine
INSERM - UMR S 938

Hôpital St-Antoine

Contact
Tél : +(33) 1 49 28 46 87

Activer le Plan

Centre De Recherche Saint-Antoine

Le CRSA, UMRS_938 a été renouvelé par l'Inserm et l'UPMC pour 5 ans (Janvier 2014-Décembre 2018).

Dernières publications

Présentation du centre

Le CRSA regroupe un très fort potentiel pour la recherche biomédicale à la fois fondamentale et translationnelle. Les travaux de recherche sont réalisés en collaboration avec les services cliniques et biologiques des hôpitaux Saint-Antoine-Tenon-Armand Trousseau appartenant au même groupe hospitalier. Le CRSA est composé de 14 équipes de recherche labelisées par l'Inserm et l'UPMC et une équipe administrative, localisées principalement sur le site de l'hôpital Saint-Antoine et de l'hôpital Armand Trousseau.

Activités scientifiques

Le CRSA a deux thématiques scientifiques étroitement liées : la recherche en cancérologie et hématologie; et la recherche sur le métabolisme et l'inflammation. Ces thématiques sont étudiées au niveau fondamental, physiopathologique, préclinique et clinique.

Équipements collectifs et plateformes techniques

Le CRSA dispose de plateformes techniques (Plateformes d'hébergement et d'expérimentation animale, laboratoires L2, L3 ) mais a également accès sur le site au réseau des plateformes UPMC telles que la spectrométrie de masse, lipidomique et protéomique, l'imagerie et la cytométrie en flux.